érotisme sacré humain émotion puissante lumière calin intimité initiation beauté fragile erotisme sacre emotion puissante lumiere intimite beaute

Témoignages

Un massage sensuel et sacré


Une rencontre réussie.
Un moment vécu,
sensuel et sacré,
humain, fragile et beau.



Elle a pris rendez-vous pour un massage sensuel et elle a osé venir.

A mon invitation, elle s'est déshabillée et allongée sur le futon. Assis à côté d'elle, je centre en moi mon attention, pour une relaxation rapide, pour un contact avec la lumière de la vie qui habite en mon coeur. Dans ce contact, présent à moi-même, il devient possible de prendre contact avec elle. J'étends alors mon attention pour inclure sa présence à mes sensations.

Je regarde son corps, ses cheveux, sa nuque dégagée, son dos, ses fesses encore voilées d'une dentelle en nylon, ses jambes et ses pieds. Elle a osé venir, se mettre presque nue et s'allonger devant moi. Cela est déjà si décalé du monde actuel et de sa propre vie, que son audace, sa confiance et sa présence me touchent profondément. C'est déjà sa liberté qui s'exprime, l'essence de sa divinité. Sans qu'elle ne fasse rien de plus, sans effort de ma part, un respect profond se développe. Et pourtant je la vois toute habillée des doutes qui l'habitent encore. Et ses doutes sont bienvenus, car eux seuls nous ouvrent un espace de liberté et de vérité. Un espace de vérité car il n'est jamais certain d'accéder au sacré. Un espace de liberté, car nos doutes créent une distance entre nos expectatives et notre présent.

Dans cet état, paisible et respectueux, en acceptant nos doutes, centré sur le présent et à la recherche du sacré, il est possible de la toucher. Je pose alors ma main sur le haut de son dos.

Dans ce premier contact, une osmose déjà se joue. L'agitation et la paix sont en action. De ce mélange naissent toutes sortes d'émotions, déjà puissantes. De ce mélange naissent les envies de bouger, de toucher et d'être touché. C'est l'écoute de ce premier dialogue intime qui inspire les premiers gestes, qui révèle les premiers essentiels qui attendent une réponse. Dans cette écoute, il devient possible de bouger, il devient possible d'essayer.

Dans l'immobilité attentive, notre humanité a grandi. Notre attention, aussi. Je regarde à nouveau son corps dont émane maintenant une beauté nouvelle. Quand sa nuque capte mon regard, je regarde sa nuque. Quand sa hanche appelle ma main, je touche sa hanche. Quand son pied demande un contact, je saisis délicatement son pied.

Peu à peu, les contacts deviennent caresses, et révèlent sur son corps une carte, composée de lieux ouverts ou fermés, satisfactions, acceptations, souffrances, rejets, attentes, réserves ou désirs... Et, entre ces zones, des lignes ambigües, sources d'émotions contradictoires.

Le massage commence, des gestes techniques avec assez de douceur pour en faire des caresses, des caresses avec assez de précision pour dénouer des tensions. Geste après geste, mes mains découvrent et prennent soin en détail de son corps. Étirant son cou, déployant ses épaules, développant son dos, soulignant ses hanches, allongeant ses jambes, étalant ses pieds... Et nos émotions se répondent. Dialogue humain, silencieux et pourtant précis. Peu à peu, son corps retrouve une unité et sa confiance grandit. 

Cette communication intime, ce corps à corps, sincère au-delà de nos emprises mentales, révèle d'elle un portrait intime et cru, humain et fragile, beau. Et de moi, des désirs, des intentions, des émotions, une humanité qui à l'instant se cherche, tout autant fragile. Ce sont nos fragilités, consenties et partagées, et le respect mutuel qui en découle, qui nous ouvrent un espace de liberté et nous donnent accès à nos profondeurs humaines. Là où le laid et le beau, la souffrance et l'espoir, sont encore emmêlés. Et qui nous donnent également le regard, tendre, et le comportement, soigneux, grâce auxquels il nous est possible d'agir dans ce paysage incertain.

Maintenant il nous faut un acte, pour affirmer l'unité de son corps, pour manifester notre confiance et notre respect, pour valoriser l'espoir, pour reconnaître et amplifier le beau. Quel que soit cet acte, il sera amoureux, et il sera acceptation de plaisir, en soi et en l'autre. Car le plaisir profond est résolution des tensions. Je glisse mes doigts sous l'élastique de sa culotte. Elle comprend ma proposition, et l'accepte. Nous ressentons tous les deux une forte bouffée d'émotion quand elle lève ses fesses vers moi pour que j'ôte cette dernière dentelle, symbole maintenant inutile de sa pudeur et de ses doutes. La courbe de ses hanches cambrées, le rose tendre de son sexe aperçu... Avec quelques respirations amples, l'excitation de l'instant s'apaise et se transforme en une joie légère. Par de longs gestes lents, mes mains parcourent sans hésiter son corps entier, dispersant et apaisant les courants de plaisir et les frissons qui parcourent sa peau attentive. Longues vagues qui font écho aux courbes de son corps, et s'épuisent dans nos respirations, amplifiées et émues. Ma main s'arrête sur son sacrum, son corps entier est présent dans ma paume.

Nous sommes immobiles à nouveau, mais rayonnants d'une lumière humaine, d'une présence intense et légère.

Je l'invite à se tourner et, quelques instants plus tard, elle s'installe sur le dos, confiante dans la suite de notre rencontre si particulière.

Avec une main je câline son ventre, avec l'autre je caresse son corps. Je sens en elle un abandon en toute confiance. Elle offre sa nudité à mon regard. Elle offre tout son corps à mes mains. La voir si confiante et si alanguie m'émeut. Nous ne pensons plus. Ni au temps, ni au monde. Nos vies sont au présent, nos vies sont dans nos corps. En me confiant son corps, dans l'instant, elle me confie sa vie. Et sa confiance en moi, à cet instant, est confiance en la vie. Elle est pour moi la Vie et je suis pour elle la Vie. Á cet instant nous n'avons besoin de rien d'autre, ni d'explication, ni d'autre sensation. Nous ne sommes plus nos passés, nos familles, ni nos projets. Nous vivons la paix, le repos et la réconciliation, nous vivons l'évidence. Nous sommes la lumière qui se mélange à elle-même et se réjouit de cette rencontre avec elle-même. Nous vivons la rencontre avec nous-mêmes dans la rencontre avec l'autre.

Á nouveau, nous sommes immobiles et grandis. Une de mes mains est posée sur son sexe, et l'autre tient sa main. Symboles de notre confiance et de notre rencontre. Lentement, nos présences se séparent, et nous prenons conscience de l'immense intimité que nous avons partagée. Peu à peu, son émotion la déborde, elle pleure. Pour ralentir son retour à la solitude, je m'allonge près d'elle, je la prends dans mes bras et j'écoute ses sanglots. Quand elle est apaisée, elle ressent à nouveau ma présence, à côté de la sienne. Elle ressent le lien indéfectible qui persistera entre nous au-delà du temps et de la distance, comme un rappel de notre humanité, sacrée, possible et accessible. Comme un rappel de l'humanité.

Je m'assieds à nouveau, et portant mon attention à moi seul, je finis de séparer nos présences et nos sensations. Je reste ouvert à sa présence, et accueillant, mais séparé. Je vois sur son corps la pudeur qui revient et je la couvre d'un voile. Je sens dans ses pensées le retour de sa vie sociale. Je ne la touche plus et je deviens patient, pour lui laisser le temps de reprendre contact avec elle-même et avec le monde, tranquillement.

Nous partageons un moment de silence, seulement quelques mots de remerciements réciproques, sachant que d'autres mots ne traduiraient pas notre expérience sans la diminuer ou la figer.

Nous nous séparons conscients d'avoir vécu un moment d'une grande humanité, essentiel à la vie de chacun, essentiel à notre approche du futur...


lire la suite : Une petite mort,  ...

Menu principal -- Prendre contact -- ecrire un commentaire -- Livre d'or


Site réservé aux adultes.
Tous droits réservés à l'auteur.


Menu ...