hiérogamie symbolique mystique vivre cérémonies aspirations profondes sacré expérience vivant divin humanité vie beauté humilité absolu respect bienveillance inconnu principe masculin féminin partage aspiration hierogamie ceremonies sacre experience humanite beaute humilite feminin

Témoignages

Réflexions pour une hiérogamie personnelle et actuelle


Un contexte qui permette un transfert
d'une réalité concrète vers
une réalité plus ample,
symbolique et mystique,
pour permettre aux protagonistes de vivre cette réalité mystique.




Hiérogamie ?

Dans l'antiquité, les cérémonies que nous appelons aujourd'hui hiérogamies étaient des rituels, matérialisés par une rencontre amoureuse, mais dont la portée se voulait bien au-delà de la vie des officiants. Ceux-ci étaient alors investis de rôles mystiques qui leur permettaient de mettre en résonances les actes rituels et leurs aspirations profondes.

Une hiérogamie étant une cérémonie, elle aura la profondeur des émotions déjà présentent au quotidien et auxquelles elle donne une possibilité d'expression. Il est nécessaire qu'elle s'inscrive dans un contexte qui permette un transfert d'une réalité concrète vers une réalité plus ample, symbolique et mystique, pour permettre aux  protagonistes de vivre l'expérience de cette réalité mystique.

Recréer un tel rituel nécessite donc plusieurs conditions pour qu'il soit signifiant :

- Être chargé d'une émotion profonde qui cherche une forme d'expression, une aspiration profonde en relation avec notre propre représentation du sacré, qui porte bien au-delà de nos propres vies.

- Être inscrit dans un contexte qui permet une transposition de la réalité pratique vers une réalité mystique.

- Une attitude appropriée à ressentir cette réalité mystique et à la manifester (c'est à dire à la partager puisqu'une hiérogamie ne se vit pas seul).

- Et finalement des  activités concrètes qui permettrons l'expression des aspirations profondes, dans l'attitude adéquate, pour produire l'expérience mystique recherchée.

- Cela sera probablement précédée d'activités de mise en condition, et nécessairement suivie d'activités d'intégration de l'expérience vers le quotidien. Il me semble préférable de penser certaines des activés précédant et suivant la cérémonie comme des activités plus ou moins quotidiennes, ayant une certaine indépendance chronologique. Cela afin de donner plus de charge à la cérémonie quand elle aura lieu mais surtout pour qu'elle marque et accompagne le quotidien plus fortement. Cela me semble autant un soutien, face au monde tel qu'il est, qu'un soutien dans la recherche de cohérence.

D'où la nécessité de réponses, cohérentes, aux questions suivantes :

- Qu'est ce qui pour moi est sacré ?

- Par quelle attitude je prend contact avec le sacré ?

- Par quelle attitude je prend contact avec le sacré de l'autre ?

- Par quelle sensations je vis l'expérience du sacré ? Qu'est ce qui est, pour moi, une expérience mystique ?

- Quelles émotions, aspirations profondes je cherche a manifester ?

- Dans quel contexte s'inscrit cette cérémonie, et comment lui donne-t-il de la valeur ?

- Quelles activités concrètes, avant, pendant et après ?


Qu'est ce qui pour moi est sacré ?

La vie. La vie est le plus grand mystère. Cela plus que tout dépasse mon entendement. Et parmi le vivant, l'humanité au centre du sacré, comme manifestation majeure de liberté et de créativité, essence et sens du vivant. Les références au divin ne me correspondent plus. Dieux et Dieu ont trop été représentés comme extérieur. Parler d'un dieu intérieur me laisse la sensation d'une entité externe ramenée à l'intérieur. Parler d'une partie divine de moi, désigne aussi une partie non divine et je ne ressens pas cela. Quand à parler de moi comme étant un dieu me laisse un sérieux goût de supériorité... La notion de vivant me correspond, dans son investissement du moi et du corps, et des autres au même niveau que moi. Tout moi est vivant et tout mon corps. Avec le regard porté sur la vie, je peux me sentir en lien avec tous les humains, avec la vie dans les étoiles, avec le vivant. Comme une goutte d'eau heureuse d'être dans l'océan. Et comment nommer la manifestation de cette ultime étape du contact avec la vie en soi, de plus en plus en profondeur, ce en présence de quoi nous cessons d'être ? La source de la vie.


Par quelle attitude je prend contact avec le sacré ?

- L'immensité de la gratitude.

- La profondeur de l'humilité.

- La sensation de la fragilité.

- L'absolu de la vérité et de la droiture de comportement.

- La force du respect et de la bienveillance.


Par quelle attitude je prend contact avec le sacré de l'autre ?

- En adoptant vis a vis de lui l'attitude que je me suis choisi pour la reconnaissance du sacré.

- En cherchant un contact avec la vie de l'autre. En portant mon attention à sa présence, et dans sa présence à ce qui n'est ni son corps ni sa souffrance, mais sa présence pleinement humaine. Plus j'arrive à faire émerger cet ensemble de sensations, plus nous ressentons l'intensité de la vie qui nous habite. Cette sensation forte confère un caractère sacré, à ce moment, à cet espace, et à nos actes.


Par quelle sensations je vis l'expérience du sacré ? Qu'est ce qui est, pour moi, une expérience mystique ? Comment je ressens l'approche de la source de la vie ?

- L'émerveillement  et la lumière : Aucune luminosité ne change, mais, malgré cela, la sensation de lumière est présente, émanant des êtres vivants et de certains objets.

- La vulnérabilité : Une peur qui n'a pas la forme  habituelle, essentiellement viscérale. Mais qui habite, assez uniformément, dans tout mon corps et rend présente chaque cellule. Comme une mémoire qui leurs rappelle qu'elles sont unies, temporairement, par une volonté dérisoire face à la puissance de la vie qui se manifeste.

- Un chemin sans retour : Il faut commencer ou ne pas commencer, mais le processus engagé ne peut pas être stopper. Il faudra vivre le trouble, traverser l'inconnu insondable, et subir la transformation.


Quelles émotions, aspirations profondes je cherche a manifester ?

Partager le contact avec la vie et l'ouverture au contact avec la "source de la vie". La paix dans le monde, la bienveillance entre êtres humains et envers l'humanité, par un contact intense et satisfaisant avec la vie.


Dans quel contexte s'inscrit cette cérémonie, et comment lui donne-t-il de la valeur ?

Dans le contexte du projet "Cavalier De Pique" nous ne nous choisissons pas en tant qu'individu pour une relation personnelle : Une personne qui prend rendez-vous ne me connaît pas, elle cherche a vivre ce que je propose et s'approche de moi pour cela, pour ce que je représente. Elle vient pour découvrir, en se confiant à moi, quelque chose qu'elle pressent et qui lui semble vital. Et je l'accueille sans la choisir, sans savoir à l'avance qui elle est. Ainsi, auprès de moi, elle représente l'humanité, simplement car elle se désigne elle-même digne de vivre cela. Je vais prendre soin d'elle, par mon attitude et mes actions. Je vais chercher à la traiter comme je pense que l'humanité devrait être traitée. À travers elle je vais chercher à exprimer à l'humanité ce que je souhaite en profondeur et  chercher à nous permettre de vivre ce que peut vivre l'humanité...

Dans ce contexte, je représente la vie qui cherche à prendre contact avec l'humanité et elle représente l'humanité qui cherche à prendre contact avec la vie. Et quand ce contact s'établit, nous devenons pleinement humains et pleinement vivants. Nous réalisons l'expérience d'être humain et nous sommes en paix, avec nous-même et avec tous.

Dans une symbolique plus sexuelle, je représente le principe masculin et elle le principe féminin. Mon rôle est de contribuer à ce que croisse en elle la sensation de la vie et de l'humanité. Et son rôle est de m'accepter, avec confiance, suffisamment en profondeur pour que cela soit possible. Si nous réussissons cela, nous devenons les père et mère de la vie et de l'humanité.

Quand ce contact est réussi, il produit une paix intense d'une très grande profondeur, une reconnaissance humaine, une bienveillance et un émerveillement qui couvre l'humanité entière et la vie. Il y a environ dix ans, quand j'ai vécu une première fois un contact avec la "source de la vie", J'ai écrit un poème et une lettre ouverte, à la personne avec laquelle nous avons essentiellement partager nos premiers pas sur cette voie :

Souviens-toi

Souviens-toi De notre union renouvelée De notre étonnement continu De notre humble ascension

Souviens-toi De nos choix d'avancer Et sans sexe tout autant Du lien divin qui nous unit De la fenêtre vers le ciel Que nous savons ouvrir et traverser Pour retrouver la lumière et la foi

Quand tu te crois grise Ou quand tu es heureuse Souviens-toi Car nous connaissons le bonheur d'être humain Car nous savons notre indescriptible beauté

Quand tu vois les êtres humains Dans le malheur et la souffrance Ou le plaisir et la beauté Souviens-toi Du chemin qui nous trouble Et comprends Que c'est le voyage De l'humanité

Et qu'il nous appartient De l'enseigner

"[...] Tu as déjà ressenti la paix que nous partageons dans ces moments-là, tu as ressenti cette bienveillance que nous pouvons partager. Crois-tu que nous réussirons à porter sur d'autres ce regard ? A partager avec eux ce ressenti ? Avec nos voisins ? Avec tous les habitants de cette planète ? Crois-tu qu'eux aussi puissent le vivre ? Crois-tu que tous puissent le partager, au quotidien ? C'est cela la paix ! Dans ces moments nos vies ont valeur d'expérience !"


Quelles activités concrètes, avant, pendant et après ?

Avant, retrouver un état interne approprié à une rencontre :

- Retrouver l'humilité. Remplacer l'assurance par la foi.

- Observer et abandonner les expectatives personnelles (reconnaissance, gratification, fantasmes et finalement l'expérience elle-même) mais sans renoncer à l'aspiration qui donne du sens et une direction à cette rencontre. Me centrer sur cette aspiration pour l'amplifier et l'associer à la visite imminente d'une personne qui partage cette aspiration.

Pendant, une attitude juste : Au service de la personne et de la vie, qui permette un contact intense avec la vie, Prendre contact avec la vie en moi. Prendre contact avec le sacré en moi, puis en l'autre. Me laisser guider par la Vie, par l'inspiration de "ce qui doit être fait". cf. "Un massage sensuel et sacré".

Après, actualiser et amplifier : Aussi régulièrement que possible, porter l'attention à la vie présente en moi et à ce simple voeux de la paix dans le monde, chargé du souvenir de l'expérience d'une lumière et d'une paix partagée si profonde et intense qu'elle est une satisfaction à toutes les choses d'une vie. Renouveler mon aspiration à des contacts avec la source de la vie. Renouveler ma proposition offerte au monde de vivre à nouveau ce partage avec qui voudra...


Menu principal -- Prendre contact -- ecrire un commentaire -- Livre d'or


Site réservé aux adultes.
Tous droits réservés à l'auteur.


Menu ...